A vélo sans casque? Ce que vous risquez…

La plupart des gens qui circulent à vélo négligent souvent le port de casque. Apparemment, ces derniers pensent que ce véhicule est plus sécurisé que les motos ou les voitures. D’ailleurs, la loi n’impose aucune obligation en la matière. Toutefois, la négligence du port de casque vélo peut causer de nombreux risques, pas seulement au niveau physique, mais aussi juridique.

Des blessures graves en cas d’accident

Un des principaux rôles du casque est de protéger son utilisateur. En effet, même si on fait énormément attention, on n’est jamais épargné par d’éventuels accidents sur route. Et habituellement, la tête est la partie du corps la plus touchée lors d’un choc. Si vous portez un casque, votre tête ne sera pas endommagée, étant donné que le casque supporte tout le coup. Dans le cas contraire, c’est-à-dire si vous négligez l’utilisation de cet équipement, votre tête risque de se blesser facilement. Au pire, le coup peut même avoir un impact sur votre cerveau. Il pourra l’endommager en perturbant son fonctionnement. Il pourra également causer des troubles neurologiques comme la perte de mémoire. Pour toutes ces raisons, il est fortement recommandé de porter des casques de vélo. D’ailleurs, de nombreuses marques se spécialisent déjà dans la fabrication de ce genre d’équipements tels sont notamment les casques de vélo Hollandes Bikes pour femmes, hommes et enfants.

Une responsabilité juridique en cas d’accident

Certes, le port de casque enfant ou adulte n’est pas obligatoire en matière de vélo. Pourtant, sa négligence peut très bien causer certaines responsabilités juridiques, notamment lorsqu’un accident survient. Il se peut que le cycliste ait causé un dommage à autrui, à cause de son vélo. Cela peut être un dommage physique (la blessure de la victime), un dommage matériel (la dégradation d’un mur, d’une maison ou d’un véhicule) ou bien d’autres effets. Mais peu importe le type du préjudice, le cycliste est tenu de le réparer. Il est donc obligé de payer des dommages-intérêts à la victime. Si le cycliste portait un casque, sa responsabilité serait atténuée puisqu’il a déjà pris toutes les précautions possibles, ce qui n’est pas le cas lorsqu’il omet l’utilisation de cet équipement.

Un manque de sécurité sur route

Le fait de ne pas porter un casque femme ou un casque homme a aussi un impact sur la psychologie de celui qui circule à vélo. Cela paraît insensé, mais selon des études, les cyclistes se sentent plus en sécurité lorsqu’ils portent des casques. Comme ils ont une meilleure garantie de protection, ils peuvent circuler en toute aisance, sans craindre de se faire blesser ou de causer un quelconque accident. Par contre, lorsqu’il ne porte pas de casque, il devra doubler, voire tripler son attention pour éviter des chocs.

Rouler en vélo électrique : ce que je peux et ce que je ne peux pas faire
Vol de vélo : comment se protéger au maximum ?